Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



L’antisémitisme : permission de tuer

antissemitismepermissiondetuer.jpg 

L’antisémitisme : permission de tuer


Le mercredi 31 mars, le corps de Monsieur Saïd Bourarach a été repêché dans le canal de l’Ourcq. L’affaire remonte à la veille, mardi 30 mars. Résumons les faits. Monsieur Saïd Bourarach est vigile dans un magasin de bricolage situé à Bobigny. Juste après la fermeture du magasin (19h), un client, voulant entrer de force malgré la fermeture se heurte au vigile. Altercation, le client revient avec des proches, échanges de coups et le vigile termine dans le canal de l’Ourcq. Cherchant à fuir ses agresseurs, a t’il  été poussé comme le laissent entendre ses proches ?Il se trouve que les agresseurs sont juifs et que la victime est d’origine marocaine (marié, père de trois enfants et travaillant dans son entreprise depuis bientôt deux ans). L’appartenance communautaire des agresseurs explique immédiatement le peu de retombées médiatiques que cette affaire a provoquées. Imaginons une seconde la situation inverse : un vigile juif est agressé par des Français musulmans et retrouvé mort au fonds du canal ?  On entend d’ici, le bruit de toute la machine médiatique, les cris d’indignation concernant « la montée de l’antisémitisme », on imagine facilement, comme cela s’est vu dans le passé, des hommes politiques français, manifester derrière le drapeau israélien. Mieux encore, tout le monde se souvient de la fausse agression antisémite dans le RER, qui, dès le départ, a été condamnée par toute la classe médiatico-politique alors qu’il s’agissait d’une affabulation d’une mythomane. Ainsi donc, en France, toute injure, toute altercation avec un juif est obligatoirement un acte antisémite et toute la France, au garde à vous doit culpabiliser avant d’aller manifester derrière le drapeau israélien.

Quand il s’agit d’un Français « d’origine » (expression qui indique que certains sont plus français que d’autres…) maghrébine, africaine ou autres, qui est agressé par des membres de la communauté juive, on nous demande, dès le départ et avec insistance, de n’y voir aucun racisme !  Souvent, il faut que, localement et nationalement, les membres de la famille de la victime et ses amis se battent pour briser le silence des médias et donner à l’affaire le retentissement qu’elle mérite.

Nous avons encore en mémoire l’affaire Fofana et l’instrumentalisation que les sionistes en ont faite. Nous avons aujourd’hui, la mort de Monsieur Saïd Bourarach et il est facile de comparer : « le deux poids, deux mesures » continue, l’agression commise par des membres de la communauté juive contre un non juif est, d’entrée de jeu, occultée, minimisée… Avant même que l’enquête n’ait commencé, on nous demande de ne voir dans l’agression commise par des Juifs, aucune dimension raciste. Le cadre est fixé d’avance. Pire encore, les agresseurs de Monsieur Saïd Bourarach, non seulement nient les faits, mais affirment avoir été « victimes d’insultes antisémites ». Vous avez bien lu « victimes » : le vigile est mort mais déjà les agresseurs présumés se posent en victimes, ressortant « l’antisémitisme ».

A ce propos, la palme de l’ignominie revient à SOS Racisme. Ces antiracistes « institutionnels » et grassement subventionnés s’empressent d’ajouter (à propos des prétendues insultes antisémites) : « en tout état de cause sur ce dernier point, SOS Racisme entend rappeler que rien ne saurait justifier un éventuel homicide ». Quelle prudence dans le langage quand les agresseurs sont juifs, quelle façon également de laisser entendre que face à d’éventuelles insultes antisémites, il n’y a pas que l’homicide … En effet, nous connaissons tous l’arsenal en place pour réprimer le prétendu antisémitisme de la société française, pour le plus grand profit du lobby sioniste en France.

Si l’on souhaite que cette affaire aille jusqu’au bout, il faut que les intéressés (non seulement les proches de la victime mais tous ceux qui ne supportent plus la domination et l’insolence sionistes en France) fassent preuve de la plus grande vigilance. Il ne faut pas que les responsabilités soient diluées (on commence déjà à parler de bandes rivales…) avant d’être étouffées, sous prétexte d’éviter des conflits intercommunautaires. Il n’y a pas de conflit intercommunautaire. Il y a une réalité toute simple, facile à constater, un lobby, le lobby sioniste a pris le pouvoir en France et fait sa loi.

Au nom de tous les adhérents et amis du Parti Anti Sioniste, je présente mes plus sincères condoléances à la famille de Monsieur Saïd Bourarach et les assure que le Parti Anti Sioniste, que j’ai l’honneur de présider, ne relâchera pas sa vigilance pour que toute la lumière soit faite sur ce drame.

 

Le Président,
Yahia Gouasmi.

.
 

Les deux complices…

obamasarkozy.jpg   

Les deux complices…


Le séjour du Président M. Sarkozy aux États-Unis a donc culminé avec le fameux dîner «dans la salle à manger privée du Président Obama à la maison blanche». Ce dîner a marqué la totale «réconciliation entre les deux Présidents». Il s’agit en quelque sorte de montrer que sur les grands problèmes du moment (Iran, Afghanistan, Proche-Orient), la France et les USA sont sur la même longueur d’onde.
Au sujet de l’Iran, M. Obama a reconnu qu’il n’y «avait pas encore» d’unanimité internationale sur les sanctions mais qu’il espère un consensus «pendant le printemps». De son côté, M. Sarkozy a réclamé «les sanctions les plus fortes au Conseil de Sécurité», ajoutant que «le temps est venu des décisions».

En ce qui concerne l’Afghanistan, le Président français a apporté son total soutien à la stratégie du Président américain, ajoutant «nous ne pouvons pas perdre». Avant l’entretien, le porte-parole de la Maison Blanche Robert Gibbs a précisé que les États-Unis ne reformuleraient pas leur demande (d’envoi de renforts français en Afghanistan ndlr.) lors de leur entretien. C’est une façon de poser le problème de l’envoi de renforts en Afghanistan tout en prétendant ne pas le poser ! Des renforts français pourraient bientôt renforcer le dispositif américain.

On comprend mieux maintenant la subordination de la France à la politique américano-sioniste. Un soutien français total à la politique afghane des USA avec mission également pour la France de rassembler l’Union Européenne et les gouvernements arabes collaborateurs derrière Israël, en vue d’une agression contre l’Iran. Une telle manœuvre présente aux yeux d’Obama un double avantage :

 - ne pas donner l’impression de s’embourber tout seul en Afghanistan, en accentuant le caractère « international » de la guerre grâce à des renforts français ;

 - laisser à la France de M. Sarkozy le soin de prendre la tête de la croisade contre l’Iran, M. Obama se réservant la possibilité de demeurer en deuxième ligne en apparence, quitte à exiger un cessez-le-feu dans les heures qui suivent les premières frappes.La politique étrangère de M. Obama consiste à perpétuer la domination américano-sioniste en se donnant l’image d’un homme de dialogue, d’un chef d’état «paralysé» par le Congrès, etc. Il lui faut pour cela rechercher un consensus international (en bon français des complices). Avec Moscou et Pékin, ce consensus est délicat à trouver et peut avoir un coût trop élevé.

La France en revanche est l’alliée et le complice idéal pour aider M. Obama à continuer sa politique en préservant son image de «bon démocrate américain». Malgré le total alignement de Sarkozy-Kouchner sur les positions de Tel-Aviv et de Washington, la France conserve encore, dans certains milieux, un petit capital de sympathie. Pour des raisons historiques trop longues à développer ici, on attend de la France, une politique pour le moins plus équilibrée au Moyen-Orient, alors qu’il y a longtemps qu’on n’attend plus rien de la Grande-Bretagne. C’est sur cette illusion (héritage de la politique gaullienne) que mise M. Obama.

M. Obama, tout en reconnaissant qu’il n’y a pas encore d’unanimité contre l’Iran espère y parvenir «pendant le printemps». Que se passera-t-il d’ici là ? Quels marchandages, quelles pressions ou provocations sont déjà programmés ou en cours de réalisation pour que l’unanimité se fasse contre l’Iran ? Cette volonté franco-américaine de rallier la Russie et la Chine dans les sanctions pour étouffer l’Iran, confirme deux points : malgré son image largement fabriquée par les médias, M. Obama a de plus en plus de difficultés à tromper qui que ce soit, spécialement les Musulmans qui savent comment le Président Américain exporte la « démocratie » en Afghanistan et dans les zones frontières du Pakistan.

Il lui faut donc trouver des alliés complices, plus ou moins «présentables» et la France en est un car, ayant gardé, malgré la triste politique Sarkozy-Kouchner, un petit capital de sympathie auprès de certains peuples.

Il faut également rallier les gouvernements arabes soumis au sionisme. Pour cela, on agite le fameux « gel de la colonisation » par Israël dans les territoires occupés. Précisons que le mot « gel » signifie deux choses :

1/ le caractère totalement provisoire du fameux « gel » (on parle de quatre mois pour permettre le redémarrage des négociations entre Israël et l’Autorité palestinienne.

2/ surtout le « gel » revient à légitimer les colonisations antérieures et l’entité sioniste.C’est le « pourboire » que l’USraël et la France semblent offrir aux dirigeants arabes pour s’assurer leur complicité active contre la République Islamique d’Iran. Ce serait, en quelque sorte, la continuation de ce qui a été expérimenté à Gaza :

 - un axe Union européenne – Israël – dirigeants arabes sionisés

 - les USA en arrière plan n’intervenant que lorsqu’Israël a fini le « travail ».Mais l’Iran, par son poids régional et mondial, par ses moyens militaires de défense, par l’influence qu’il a acquis dans le monde musulman est un enjeu d’une taille tout autre que la bande de Gaza. De là, la volonté de grouper le plus grand nombre de nations dans le projet d’agression contre l’Iran.

Voilà pourquoi, la politique française qui voudrait nous mener à la guerre est folle et criminelle. Ce serait une guerre pour Tel-Aviv, et, dès ses premières heures, une telle guerre dépasserait le cadre régional. Il est temps que la politique française soit totalement libérée du lobby sioniste. Les nombreux messages de sympathie que reçoit notre Parti, la récente question au gouvernement de M. le Député Hervé de Charette, ancien Ministre des Affaires Étrangères (voir notre site), l’agressivité même, du lobby sioniste dans ses interventions en France, tout cela démontre que le parti de la Résistance se renforce quotidiennement.

Pour notre part, nous continuerons dans la voie que nous nous sommes tracée.

Le Président,
Yahia Gouasmi.

(Source: http://www.partiantisioniste.com/communications/les-deux-complices-0382.html)

.
 

Benoît XVI, Pie XII, l’honneur de la Chrétienté.

papebenoit16.jpg    

Benoît XVI, Pie XII, l’honneur de la Chrétienté


Depuis plusieurs années, l’Église catholique doit périodiquement faire face au scandale des prêtres pédophiles. L’Église et la justice de chaque pays gèrent et jugent ces cas douloureux et condamnables, comme cela doit se faire pour des coupables appartenant à d’autres milieux, même si le statut de prêtre confère à de tels actes une gravité exceptionnelle.
Ces derniers temps, une cascade d’affaires de pédophilie a déferlé sur le Vatican. Parfois des affaires vieilles de 15 ans, 20 ans ou plus ont tout à coup éclaté. Et tout cela avec une offensive médiatique qui semblait faire un crescendo savamment orchestré pour atteindre sa cible : le Pape Benoit XVI, c’est-à-dire le cardinal Ratzinger avant son élection. Le Pape a déjà commencé à s’expliquer sur toutes ces affaires et il ne nous appartient pas de juger ou de ne pas juger l’Église en ce domaine.Mais on est quand même en droit de s’interroger sur cette offensive médiatique qui semble viser essentiellement le Souverain Pontife. Après tout, des scandales de toute sorte ont toujours accompagné toutes les institutions humaines au cours de l’Histoire. Qu’a pu faire de particulier ce Pape, pour mériter un tel acharnement ?  La réponse est peut-être à chercher dans le décret du 19/12/2009 signé par le Pape attestant des « vertus héroïques » du Pape Pie XII et ouvrant la voie à sa canonisation.

Dans l’Église, la canonisation est un rituel pour ajouter une personne aux nombres des Saints. D’autres (des milliers) ont déjà été canonisés depuis le début de cette institution, mais dans le cas du Pape Pie XII, une différence saute immédiatement aux yeux : les sionistes ne sont pas d’accord avec cette canonisation, prétextant le « silence » du Pape pendant la Deuxième guerre et pendant la persécution des Juifs en Europe.

Résumons brièvement les faits et les griefs. Pendant la dernière guerre, le Pape Pie XII n’aurait pas condamné suffisamment les persécutions antisémites, et de ce fait aurait été en quelque sorte complice du troisième Reich aux yeux des sionistes. Nombreux sont pourtant les témoins et les historiens qui affirment le contraire, à savoir que le Pape a non seulement condamné ces persécutions, mais qu’en outre il a protégé et sauvé par son intervention personnelle des milliers de Juifs. Son action en faveur des Juifs persécutés a d’ailleurs eu un résultat inattendu et surprenant : la conversion du grand Rabbin de Rome, Israël Zolli, au catholicisme en 1945. Qui était mieux placé que lui, juif rabbin et italien, pour en juger ?  D’ailleurs, par la suite, d’autres Juifs (y compris sionistes telle Mme Golda Meir) ont reconnu l’action positive de Pie XII. Il est vrai que nous étions dans les années 50 et tout semblait indiquer un avenir radieux à Israël et au sionisme.

Qu’en est-il aujourd’hui ?  Dès l’annonce de la canonisation à venir de Pie XII, Israël et les rabbins sionistes ont réagi à leur manière, c’est-à-dire avec un mélange de morgue et d’agressivité. Prétendant dicter à l’Église qui mérite d’être Saint ou non, les sionistes exigent en outre d’avoir accès aux archives, dites secrètes, du Vatican. Ce comportement venant d’autres groupes que les sionistes serait considéré comme une intolérable ingérence dans les affaires intérieures d’une Église qui n’est pas la leur. Pourtant, il est présenté par les médias aux ordres comme tout à fait normal. Que dirait-on si une autorité religieuse musulmane se permettait de critiquer une canonisation en exigeant l’accès aux archives du Vatican ?

En ce domaine, l’enjeu de l’opposition entre le Pape et le sionisme ne relève pas de l’histoire. Ce n’est pas la vérité historique qui intéresse les sionistes mais le rapport de force qu’ils peuvent instaurer avec une Église catholique qui leur échappe encore en grande partie. On pourrait dire qu’il s’agit d’un « bras de fer » entre Tel-Aviv et Rome. Voilà pourquoi le Saint Père ne semble pas vouloir céder sur la question de Pie XII. Et voilà pourquoi, comme par hasard, surgit à l’échelle internationale cette campagne de presse contre Benoit XVI, cherchant même à l’étendre à son frère, religieux en Bavière…

La logique inhérente au sionisme n’est pas le débat mais la domination. Cette dernière s’obtient par la culpabilisation permanente, notamment des Européens et de leurs élites. Cette culpabilisation permet ains, d’affaiblir les défenses immunitaires des nations et des institutions (telle l’Église) qui échappent encore en totalité ou partie à sa mainmise. Et dans cette entreprise, le sionisme trouve des alliés parmi ceux qui ont perdu tout repère ou qui, depuis longtemps, trouvent intérêt à le servir.

Pour notre part, nous sommes convaincus que la cause réelle de cette campagne anti-vaticane réside bien dans le conflit (tantôt larvé, tantôt ouvert) qui oppose le sionisme à l’Église catholique.


Le Président,
Yahia Gouasmi.

.
 

L’après deuxième tour des élections régionales.

2012umps.jpg  

L’après deuxième tour des élections régionales


C’est volontairement que nous avons laissé passer la petite déferlante médiatico-politique qui a suivi le 2ème tour des élections régionales. Un peu de distance permet souvent d’aller à l’essentiel. Cette élection est caractérisée par la forte abstention qui se situe autours de 50 % , cette abstention ayant une conséquence sur le résultat réel de tous les partis politiques en compétition. Tous ces partis ont en effet perdu des voix  (chute du nombre réel de votants). Ce sont donc des partis largement minoritaires qui auront la gestion de nos régions.
On remarquera que, malgré les appels pressants aux abstentionnistes entre les deux tours, les citoyens ont continué à bouder les urnes massivement. Le Parti Anti Sioniste avait appelé à l’abstention considérant que cette élection était un leurre. Quels pouvoirs peut avoir une assemblée régionale au moment même où les principaux États européens se déclarent impuissants face aux marchés financiers ?  Que peut faire un conseil régional lorsque les décisions vitales se prennent ailleurs ?  Il semble que tous ces Français abstentionnistes aient fait le même raisonnement.Malgré ce désaveu que constitue cette abstention massive, la classe politique du Système a réagi selon son habitude : un mini remaniement (dit technique) du gouvernement, et déjà dans tous les partis les querelles de personnes en vue de l’élection présidentielle de 2012.Nous observons que le pouvoir personnel et insolent du Président Sarkozy a été quelque peu bousculé par ses propres parlementaires. Ceux-ci en effet, inquiets pour leur avenir, lui ont fait connaitre leur mécontentement en ovationnant M. Fillon, 1er Ministre, lui indiquant par là que la recherche d’un remplaçant pour 2012 avait commencé…

Nous savons que M. Sarkozy n’a pu parvenir à la présidence qu’avec l’aide tenace du lobby sioniste en France. On peut penser que devant l’impopularité de ce Président, le lobby lui-même est en recherche d’un successeur plus présentable. Nous relevons la déclaration de Mme Carla Bruni, épouse du Président, souhaitant que son mari éventuellement ne soit pas candidat en 2012 (Le Monde, 26/03/10). S’agit-il d’un simple souhait ou d’un avertissement destiné à tous ceux qui en politique ont l’oreille fine ?

M. Sarkozy a déjà rempli une large part du contrat souhaité par le lobby : réintégration de la France dans l’OTAN, participation active aux préparatifs de guerre contre l’Iran, soutien sans faille à Israël, et enfin le CRIF chargé de la « formation » des magistrats, policiers, et enseignants afin d’inculquer la pensée « correcte » et contrôler chaque jour davantage la classe politique.

Les sionistes étant connus pour leur ingratitude envers ceux qui ne leur sont plus utiles, M. Sarkozy pourrait peut être d’ores et déjà se considérer en sursis. Il semble que la même recherche d’un candidat présentable pour le lobby existe aussi à gauche. Le sioniste Georges Frêche qui s’est fait élire contre la direction du Parti Socialiste sur une base populiste, et Mme Ségolène Royale dont un des conseillers politiques est M. Bernard-Henri Levy, semblent déjà constituer un axe pour barrer la route à Mme Aubry si cette dernière voulait empêcher M. Strauss-Kahn de se présenter…

Comme on le voit, toutes ces combinaisons d’appareils ne sont pas seulement liées à des ambitions personnelles mais à une stratégie bien précise : quel « ami d’Israël » peut-on commencer à formater pour faire croire aux Français qu’il sera leur sauveur en 2012 ?

Pendant ce temps, la crise financière continue, et après la Grèce en faillite les noms du Portugal, de l’Irlande et de l’Espagne sont publiquement prononcés dans les plus hautes instances de l’Union Européenne comme pays pouvant suivre. Tout cela se traduit bien-sûr par le chômage, la précarité, les bas salaires et la destruction des services publics, autant de domaines dans lesquels les conseils régionaux n’ont pas un grand pouvoir effectif…

Cette crise, qui n’est pas prête de se terminer, s’accompagne de menaces d’agression contre l’Iran. Le Président Obama, qui ne peut rien refuser au lobby sioniste à qui il doit tant, propose d’accentuer les sanctions économiques contre l’Iran tout en s’efforçant de conserver l’image positive que les médias et tous les bobos de la planète lui ont donnée. Dans ces préparatifs de guerre, le gouvernement français est totalement partie prenante, se substituant même parfois à M. Obama. Et bien-sûr en France, majorité et opposition se retrouvent unies pour servir cette politique dictée par Tel Aviv.

C’est ce que comprennent, de plus en plus confusément, ces millions de Français qui en s’abstenant n’ont pas voulu voter pour l’UMPS : le Parti du lobby et de ses satellites. Ce sentiment est encore majoritairement confus même si les citoyens, par expérience ou intuition, savent que les crises et les guerres sont étroitement liées. Ils savent aussi qui profite de ces guerres : ceux-là même qui ont intérêt à les déclencher pour continuer leur politique de domination.

Il nous incombe donc de continuer notre travail : clarifier pour le plus grand nombre ce qui est encore perçu confusément, à savoir qu’en France tous les partis du Système sont tenus par le lobby sioniste, que ce lobby veut entraîner les Français dans une guerre pour le seul intérêt de Tel Aviv et du sionisme international, et que par ailleurs aucune solution n’est envisageable sans libérer préalablement la France du lobby qui la gouverne.

Ajoutons pour conclure que, sur ces questions vitales pour notre avenir, tous les dirigeants politiques français sans exception sont totalement silencieux. Peuvent-ils seulement, même s’ils le souhaitaient, parler librement ?  Se poser la question c’est déjà y répondre…


Le Président,
Yahia Gouasmi.

.
 

Dubaïgate : Londres expulse, Paris enquête

dubaigate.jpg 

 Dubaïgate : Londres expulse, Paris enquête

Suite à l’assassinat à Dubaï d’un dirigeant du Hamas, M. Mahmoud Al Mabhouh, par un commando du Mossad utilisant de « vrais faux passeports vrais », M. David Milliband Ministre britannique des Affaires étrangères a déclaré que la responsabilité d’Israël avait été établie dans l’utilisation de ces vrais faux passeports. En conséquence il a annoncé l’expulsion d’un diplomate israélien (et membre du Mossad) en poste à Londres. Cette information a été révélée par la BBC et Sky News ce 23 mars.De son côté, la justice française a ouvert le 12 mars une enquête sur l’utilisation de 4 passeports français falsifiés lors du même assassinat (Libération, 24 mars 2010). On remarquera que la réaction de la France dans cette affaire est beaucoup plus « modérée » que celle de la Grande-Bretagne. En effet, à Paris on ouvre une enquête (sans doute afin de gagner du temps et étouffer l’affaire), alors qu’à Londres on expulse un diplomate en disant clairement que la responsabilité de l’état sioniste est établie dans cet assassinat.

Peut-on en déduire que l’influence du Lobby sioniste est moins forte à Londres qu’à Paris ?

Nous connaissons l’alignement total de la politique anglaise sur l’Usraël, sa participation aux guerres contre l’Irak et l’Afghanistan, son acharnement à maintenir l’embargo à l’encontre de l’Iran. Tout le monde se souvient du rôle de caniche bien docile tenu par M. Blair (socialiste) auprès de George Bush. Pourtant Londres a réagi pour l’instant plus durement que Paris. On peut chercher la cause de cette fermeté apparente dans la politique intérieure anglaise. A la veille d’élections, données perdantes pour le parti travailliste, ce dernier cherche à gagner des voix d’électeurs britanniques musulmans. Cette communauté musulmane — originaire de l’Inde, du Pakistan et du Moyen-Orient anglophone pour l’essentiel — est infiniment mieux structurée que la communauté musulmane en France et affiche depuis longtemps une solidarité avec tous les peuples confrontés au sionisme, notamment la Palestine. Contrairement à la France, cette communauté a su se doter des moyens de se faire entendre, en particulier lors des élections. Il se peut que cet élément, nettement moins présent en France, ait pesé dans la décision.

Mais d’une façon plus générale, cet assassinat perpétré à l’aide de passeports européens (vrais ou faux ?) pose le grave problème du séjour des Européens (et Australiens) dans des nations en conflit avec Israël. Qui peut garantir depuis ce « Dubaïgate » que tel Français ou tel Anglais est réellement ce que dit son passeport et non pas un tueur du Mossad en mission ?  Que se passerait-il si nos hommes d’affaires en déplacement au Moyen-Orient faisaient l’objet de contrôles aussi longs que tatillons afin de s’assurer de leur réelle identité ?  Déjà certains pays ont renforcé leur contrôle aux frontières afin de se protéger des tueurs israéliens. C’est toute la relation politique et économique entre l’Europe et les pays musulmans qui est en jeu.

Une des caractéristiques essentielles du sionisme est de se croire au-dessus de tout droit international, et donc d’utiliser tous les moyens qui lui semblent bons, y compris les passeports de pays dont les gouvernements lui sont pourtant soumis depuis longtemps. Et tant pis si cela gène les véritables intérêts de la France et de la Grande-Bretagne !  D’autres régimes, dans le passé, utilisant également le cynisme et la brutalité se sont crus éternels. Ils ont pourtant disparu. Tel est le sort qui attend l’entité sioniste et son lobby mondial. Les réactions britanniques et françaises, même conjoncturelles et insuffisantes, sont les signes qui confirment un renversement de tendance…

Et si le meurtre de Dubaï avait été le meurtre de trop ?

Le Président,
Yahia Gouasmi.

.
 

Présidentielle 2012 : François Hollande s’engage à combattre l’antisionisme !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Présidentielle 2012 : François Hollande s’engage à combattre l’antisionisme !

Les ambitions s’aiguisent en vue de l’élection présidentielle de 2012. Bien-sûr, le Parti Socialiste (que beaucoup appellent « Parti Sioniste ») se voit déjà à l’Élysée, utilisant le mécontentement justifié des salariés pour mieux les tromper et les trahir ensuite… En témoigne le défilé des politiques de droite comme de gauche sur le site de Lejaby à Yssingeaux (Haute-Loire), vendredi 27 janvier.

Quant au candidat socialiste à l’élection présidentielle, François Hollande, il ne s’est pas fait attendre pour répondre au CRIF (Conseil Représentatif des Institutions Sionistes de France), qui au lendemain des primaires socialistes déclarait attendre de lui une « compréhension empathique vis-à-vis de l’Etat d’Israël » : « Le CRIF, qui connaît de longue date le profond attachement de François Hollande au respect des individus dans leur diversité, espère qu’il fera valoir au cours de sa campagne présidentielle les sentiments d’amitié pour la communauté juive de France et de compréhension empathique vis-à-vis de l’Etat d’Israël qu’il a toujours manifestés jusqu’à maintenant ».

Et bien, c’est chose faite. La campagne officielle n’a pas encore commencé que François Hollande a déjà prêté allégeance à l’entité sioniste et à son lobby en France. En effet le 25 janvier 2012, une forte délégation du CRIF conduite par son président Richard Prasquier a été reçue au QG de campagne du candidat socialiste à l’élection présidentielle, avenue de Ségur dans le 7ème arrondissement de Paris. Selon le communiqué du CRIF daté du 30 janvier, « François Hollande a souligné que si Israël est l’objet de tant de critiques c’est qu’il constitue une grande démocratie » ! Et pour rassurer Richard Prasquier, M. Hollande a promis d’être ferme « contre les actes antisémites et antisionistes ». Il compte mener des actions énergiques dans les domaines de l’éducation, de la pédagogie et de l’information : « Je ne laisserai rien passer », a-t-il déclaré.

C’est une insulte de plus à la souffrance palestinienne que de décrire l’entité sioniste (système d’apartheid et de domination) comme « une grande démocratie ». Cela montre bien de quel côté se trouve, comme toujours, le PS français : aux côtés du sionisme. De plus, la volonté de M. Hollande de combattre l’antisionisme, en faisant délibérément l’amalgame entre antisémitisme et antisionisme, démontre une fois de plus la totale soumission du socialisme au lobby sioniste. Cette allégeance du candidat socialiste à l’entité sioniste et à son lobby en France serait incomplète sans sa rencontre, mardi 31 janvier, avec le représentant de l’entité sioniste en France : Bernard-Henri Lévy.

Aujourd’hui, voter socialiste c’est voter pour Tel Aviv, pour le sionisme, pour son colonialisme et ses crimes de guerre. Et quand François Hollande déclare « Si Israël est l’objet de tant de critiques, c’est qu’il constitue une grande démocratie », nous lui rappelons que non loin de chez nous, l’Allemagne nazie était également une grande démocratie…

Le Parti Anti Sioniste continuera à dénoncer le PS (Parti Sioniste), en particulier quand celui-ci essaie, auprès des couches sociales les plus touchées par la politique de Sarkozy, de dissimuler son alignement sur Tel Aviv derrière un programme « social » qui ne fait guère d’illusions. Nous appelons tous les hommes libres à prendre acte de telles déclarations, et à ne voter ni pour le candidat PS ni pour le candidat UMP, les deux faces d’une même pièce. A ceux qui ne comprennent pas notre message, nous disons que 2012 sera là pour leur rappeler la triste réalité !

 

Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste

 

 

 

.
 

Marc-Edouard Nabe : « Les Collabeurs »

Laurent James, sur son site Parousia, fait une lecture du texte « Les Collabeurs », daté du 13 août 2004 et écrit par Marc-Edouard Nabe. L’écrivain français s’attaque à tous les « Arabes » collabos de France, de « Ni Putes Ni Soumises » à Jamel Debbouze :

 « J’en veux aux collabeurs, ces « Arabes »  français qui pourraient parler mais se taisent. Plus ces lâches colonisés dans l’âme au point de se laisser traiter de beurs sont connus, plus ils se taisent. Ils écoutent sans sourciller leur patron répéter que les attentats en Irak et en Palestine sont inspirés par la haine religieuse pour l’Occident, que ce sont les Musulmans d’abord qui en font les frais et en particulier les femmes et autres conneries  »démagocratiques ». Les Arabes intégrés sont des esclaves volontaires qui participent à l’entreprise industrielle de  désislamisation généralisée : moins de coran et repli identitaire sur des traditions injustifiées. Voilà pourquoi, je les appelle, désormais, des collabeurs !

Les Arabes, les Français ne les emploient que pour dire du mal de leurs frères. C’est le seul boulot, au fonds, qu’on daigne leur trouver, faire de la propagande contre les Musulmans. Chacun à son niveau y va de sa petite désolidarisation. Avant, on exploitait les Arabes en leur mettant un marteau piqueur entre les mains pour qu’ils défoncent la chaussée. Maintenant, ils doivent, eux-mêmes, être les marteaux piqueurs qui défoncent l’Islam véritable. C’est toujours de la main d’œuvre, ni plus, ni moins, quel que soit le statut social auquel on fait semblant de le laisser accéder : l’Arabe le plus lettré, le plus professoral, le plus universitaire, se retrouve au service du laïc. Non seulement ils sont collabos mais ils vantent les mérites de la collaboration. Ils savent très bien que sans cela, ils resteraient de pauvres Arabes humiliés. Ils préfèrent devenir de riches Arabes humiliants. Et puis, leur engagement pour la paix dans ce qu’ils osent encore appeler la Palestine est un gage de plus de leur succès. Plus ils comprendront Israël, moins Israël les prendra pour des cons […] ».

.
 

Bus de soutient de campagne Yahia Gouasmi sera…

 

 

 

 

 

 

 

Yahia Gouasmi prépare l’élection présidentielle ainsi que les élections législatives de 2012. Il souhaite aller à la rencontre de tous les Français et poursuit sa tournée en France.

Le bus sera en tournée dans les villes suivantes :

Mardi 17 janvier 2012 : ROUEN ; Mercredi 18 janvier 2012 : RENNES ; Jeudi 19 janvier 2012 : NANTES ; Vendredi 20 janvier 2012 : ORLEANS ; Samedi 21 janvier 2012 : LILLE.

Nous invitons nos adhérents et nos sympathisants qui souhaitent nous rejoindre à nous contacter dès aujourd’hui, aux numéros suivants : 06 05 69 11 87 – 06 47 70 09 09 .

Rejoignez-nous !

Tract au format PDF / Tract au format JPG

 

 

.
 

Syrie : Huit civils et un reporter français tués à Homs

Syrie : Huit civils et un reporter français tués à Homs gilles_jacquier_01-300x200

 

 

 

 

 

 

 

Syrie : Huit civils et un reporter français tués à Homs

Gilles Jacquier, reporter de France 2, faisait partie d’un groupe de journalistes (deux de France 2, cinq Belges, deux Suisses, deux Libanais et un journaliste syrien) qui avaient insisté pour se rendre sur le terrain, à Homs, épicentre de la rébellion contre le régime syrien afin d’y filmer les dommages des obus lancés par les terroristes.

L’équipe était arrivée à Homs « encadrée par les représentants du gouvernorat », raconte un photographe de l’AFP et collègue de Gilles Jacquier. Un immeuble a été la cible d’un premier tir « alors que nous étions en train d’interviewer des manifestants pro-Assad qui nous ont suivis vers cet immeuble », poursuit le photographe AFP. Après avoir évalué la situation en montant sur une terrasse, M. Jacquier et le photographe ont voulu s’approcher des cadavres pour les filmer, tandis qu’entre-temps l’immeuble avait été une seconde fois la cible de tirs : « En redescendant, j’ai vu des morts à terre et j’ai commencé à les photographier. Les autres journalistes sont descendus pour voir ce qui ce passait, et ceux qui sortaient de l’immeuble ont reçu de plein fouet le troisième tir. Devant l’immeuble, les militants pro-Assad ont également été touchés. En redescendant, j’ai vu Gilles qui gisait dans une mare de sang ».

Les tirs de mortiers et de RPG-7 sont les armes favorites des rebelles syriens. L’« Observatoire syrien des droits de l’homme » prétend ignorer l’origine des tirs et réclame l’ouverture d’une enquête, alors qu’elle sait parfaitement que l’armée régulière n’a pas recours à ce type d’armes (mortier et RPG-7) pour maintenir la sécurité dans le pays.

Le gouverneur de Homs a pris la décision de former une commission d’enquête pour faire toute la lumière sur les circonstances de l’agression terroriste qui a coûté la vie au reporter français Gilles Jacquier et à huit citoyens syriens pro-Assad, et a fait trente-cinq blessés. Cette commission comprend un juge, le chef de la section enquête criminelle de Homs, deux experts en armes et munitions, et un délégué de la chaîne France 2 qui sera désigné par la chaîne elle-même.

Le Parti Anti Sioniste condamne ces groupes armés qui mettent à feu et à sang la Syrie, avec l’appui de l’étranger. M. Juppé ne se contente pas de parler d’ « acte odieux », mais demande au pouvoir syrien « d’assurer la sécurité des journalistes internationaux sur son territoire », insinuant sa responsabilité dans la mort du reporter. Quant au Président Nicolas Sarkozy, il a accusé vendredi 13 janvier le régime syrien d’être derrière ce drame « parce qu’il [le régime syrien, NDLR] était le seul à connaître les déplacements du journaliste ». Il s’avère que Gilles Jacquier est entré de sa propre initiative en Syrie pour couvrir les événements qui s’y déroulent. Cependant, la veille de son décès, il avait décidé de quitter le circuit de presse organisé à sa demande. Il avait prétexté qu’il n’était pas intéressé de rencontrer des leaders politiques ni des religieux qui lui avaient été proposés. Il avait préféré se déplacer comme il l’entendait. Au moment des tirs, le journaliste se trouvait avec ses confrères français et belges à proximité d’une manifestation pro-gouvernementale…

Parti Anti Sioniste

.
 

Syrie : Bachar al-Assad va à la rencontre de son peuple

Syrie : Bachar al-Assad va à la rencontre de son peuple syrie_manifestations_2011_05-300x199

 

 

 

 

 

 

 

Syrie : Bachar al-Assad va à la rencontre de son peuple

Ce mercredi 11 janvier, apprenant que les Syriens étaient descendus en masse dans les rues, le président Bachar al-Assad est allé à leur rencontre.  « J’ai souhaité ardemment être parmi vous », au cœur de Damas, capitale du Levant, de la résistance et de la civilisation leur a t’il dit avant de souligner sa détermination à aller de l’avant dans la construction de la Syrie en perpétuelle mutation. « Je suis venu ici pour que, main dans la main, nous regardions vers l’avenir, vers la Syrie que nous aimons, la Syrie digne et puissante. Ensemble, nous allons poursuivre les réformes et lutter contre le terrorisme ». Puis il a ajouté devant des centaines de milliers de Syriens rassemblés place des Omeyyades à Damas : « ils [nos ennemis, NDLR] sont dans la dernière phase de leur complot, et cette phase sonnera leur fin et la fin de leurs projets ».

Partout dans le pays, les manifestants avaient hissé des drapeaux syriens, scandaient des slogans marquant leur soutien à Bachar al-Assad et à l’armée syrienne, qui s’est sacrifiée pour défendre la patrie contre les pressions étrangères qui visent la déstabilisation de la Syrie. La foule avait afflué vers les différentes places du pays (à Lattaquié, Alep, Damas, Hassaké Deraa, Deir Ezzor, Soueidaa, etc.) pour marquer son soutien aux réformes annoncées la veille par le président Bachar al-Assad, devant l’amphithéâtre de l’université de Damas. A propos des réformes, le président avait déclaré, mardi : « Les réformes auront deux aspect, l’un politique et l’autre consistera en une lutte contre le terrorisme qui s’est récemment propagé à grande échelle, à travers le pays. Pour nous, la réforme n’était que peu liée à la crise puisqu’elle avait déjà été annoncée en 2000. » Il ajoute que réformer est « un besoin naturel et nécessaire au développement mais nous ne devons pas baser nos réformes sur la crise sinon nous donnons l’occasion aux forces étrangères de s’ingérer dans notre crise pour réformer ».

Le Parti Anti Sioniste appelle tous les antisionistes français à une solidarité totale envers le peuple syrien et son président, et à dénoncer l’ingérence étrangère dont est victime la Syrie.

Parti Anti Sioniste

.
 

L’Iran ne cédera pas face aux sanctions américaines et européennes ! [Ali Khamenei]

L’Iran ne cédera pas face aux sanctions américaines et européennes ! [Ali Khamenei] khamenei_01-300x206

 

 

 

 

 

 

 

L’Iran ne cédera pas face aux sanctions américaines et européennes ! [Ali Khamenei]

Le guide suprême iranien, l’Ayatollah Seyyed Ali Khamenei a affirmé lundi 9 janvier que l’Iran ne céderait pas face aux sanctions américaines et européennes prises contre Téhéran sous prétexte de son programme nucléaire : « La décision ferme du régime de la République islamique est de résister face aux pressions des grandes puissances. Alors que le peuple iranien a multiplié les réussites et que de nouvelles victoires pointent à l’horizon, le front de l’oppression [l'Occident, NDLR] tente de l’intimider en agitant la menace des sanctions. Les responsables occidentaux ont déclaré, à plusieurs reprises, qu’ils voulaient décourager le peuple et amener les responsables à renoncer à leurs plans. Mais ils se trompent, ils n’atteindront pas leurs objectifs » .

Les Etats-Unis et les pays de l’Union européenne ont décidé de renforcer leurs sanctions contre l’Iran et d’adopter des mesures d’une ampleur et d’une sévérité sans précédent. Fin décembre, le président américain Barack Obama avait promulgué une loi renforçant les sanctions contre le secteur financier de l’Iran. Ces nouvelles mesures autorisent Obama à geler les avoirs de toute institution financière étrangère qui ferait du commerce avec l’Iran dans le secteur du pétrole. L’Union européenne envisage aussi d’interdire, fin janvier, l’achat de pétrole iranien afin d’accentuer la pression contre la République islamique. Les achats de pétrole iranien par les pays européens représentent 18% des exportations iraniennes. Deuxième pays producteur de l’OPEP, l’Iran, déjà affecté par une série de sanctions occidentales, tire 80% de ses rentrées de devises de ses exportations de pétrole.

L’enrichissement d’uranium est au cœur du conflit opposant, depuis plusieurs années, l’Iran aux Etats-Unis et à l’Union européenne, qui craignent que le programme nucléaire iranien n’ait des objectifs militaires en dépit des démentis répétés de Téhéran. « Toutes les activités nucléaires, notamment l’enrichissement d’uranium à Natanz et à Fordo, sont supervisées par l’Agence internationale de l’énergie atomique » a affirmé lundi le représentant iranien auprès de l’AIEA, Ali Asghar Soltanieh. Dimanche, le secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta, a affirmé que l’Iran n’élaborait pas d’arme atomique. A la question « Sont-ils en train de développer une arme nucléaire ? » il répond « Non », et ajoute : « Notre ligne rouge est que l’Iran développe l’arme atomique ».

Le chef de l’Organisation iranienne de l’Energie atomique, Fereydoun Abbassi, a déclaré qu’en dépit des pressions étrangères, l’Iran est désormais en mesure de produire de l’eau lourde et des produits annexes utilisés en médecine, d’enrichir l’uranium à 3,5% et à 20%, de construire des centrales nucléaires dans d’autres pays et d’exporter ses services nucléaires.

Parti Anti Sioniste

.
 

Élection présidentielle : Existe-t’il encore un clivage gauche/droite ?

Élection présidentielle : Existe-t’il encore un clivage gauche/droite ? yahia_gouasmi_04-300x200

 

 

 

 

 

 

 

Élection présidentielle : Existe-t’il encore un clivage gauche/droite ?

Alors que la crise financière peut balayer l’Euro et l’Union européenne à tout moment et, qu’une guerre contre l’Iran impliquant nos soldats nous menace, les médias français sont en campagne électorale en vue de la présidentielle 2012. Selon les sondages, l’écart se resserre dans les intentions de vote entre François Hollande (PS) et Nicolas Sarkozy (UMP). Mais la question réelle est : « Existe t’il encore un clivage gauche/droite en France ? ».

Tous les candidats potentiels ont déjà leur programme et leur solution miracle ou d’austérité, pour faire face à la crise. A les entendre, on comprend bien que leurs divergences ne portent que sur des points de détail, et qu’il existe entre eux un large accord sur les questions essentielles. Parmi celles-ci, il y en a une qui est rarement évoquée, c’est celle des relations – ou plutôt de l’alignement – de la France sur la politique USraélienne. Ce n’est pas une question mineure puisqu’il s’agit de la guerre ou de la paix, de la relation de la France avec le monde musulman, et avec les pays émergeants qui, de plus en plus, ont rompu ou s’éloignent de l’axe américano-sioniste (cf. le Printemps arabe).

Une question essentielle se pose aux Français. Se laisseront-t-ils entraîner dans un conflit voulu par l’USraël pour défendre la domination sioniste ? Depuis qu’en France les deux temps forts de la politique sont l’élection présidentielle et le dîner annuel du CRIF (Conseil Représentatif d’Israël en France), et depuis l’alignement de notre diplomatie sur celle de Tel Aviv, nombreux sont ceux qui ont compris que la principale fonction du Président de la République française est la protection de l’État d’Israël. C’est le sens de la politique menée par Nicolas Sarkozy et de son soutien inconditionnel à Netanyahou : appels répétés à l’agression contre l’Iran et la Syrie, et intense coopération économique, technologique et militaire avec Israël. Cette politique se fait souvent à l’insu des citoyens. Il serait en effet difficile de nous expliquer qu’un jour il nous faudra entrer en guerre pour défendre Israël et son régime raciste, dont les crimes sont largement connus.

Le Général de Gaulle et M. Raymond Barre (pour ne citer qu’eux) pensaient que oui, il existe un lobby sioniste qui pèse sur la vie politique de la France. On peut affirmer, sans risque de se tromper, que les hommes politiques de droite comme de gauche qui prétendent que ce lobby sioniste n’existe pas, cherchent à tromper ceux qui les écoutent, et d’une manière ou d’une autre servent Israël et le sionisme.

Puisque cette politique est actuellement menée par un gouvernement de droite, on pourrait penser que les candidats de gauche dénoncent cette politique et prennent le contre-pied. Mais pas du tout, la gauche française affiche clairement son soutien au sionisme et à sa politique d’agression et de colonisation, avec pour certains quelques paroles gênées de condamnation. Comment s’en étonner quand on connaît le passé du PS ? Ce sont bien des gouvernements socialistes qui ont donné la bombe atomique à Israël !

En ce moment, c’est l’absence de perspective réelle de la part du PS qui permet à Nicolas Sarkozy de se maintenir dans une partie de l’opinion publique française. Cette absence de perspective du PS n’est d’ailleurs pas le fruit du hasard. Elle est l’illustration de l’identité de vue entre l’UMP et le PS sur les problèmes essentiels : soumission de la France aux grandes banques mondialistes, soutien inconditionnel à Israël et au sionisme, et alignement sur la politique nord-américaine. Ce sont autant de sujets jamais abordés par « nos » présidentiables, tellement ils sont tous d’accord entre eux sur ces points-là.

Il n’est plus question de défendre l’entité sioniste au détriment des intérêts de la France ! C’est pourquoi le Parti Anti Sioniste appelle tous ses adhérents et sympathisants à mettre fin à cette mise en scène et à cette pseudo-alternance politique, en ne votant lors des prochaines élections ni pour un candidat de droite, ni pour un candidat de gauche.

 

Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste

 

.
 

PAS L’Info ! : Saison 2 Émission N° 16 (8/01/12)

Image de prévisualisation YouTube
.
 

Syrie : À qui profitent les attentats ?

Syrie : À qui profitent les attentats ?  attentat_syrie_midane_01-300x200

 

 

 

 

 

 

Syrie : À qui profitent les attentats ?

L’explosion dans le quartier historique de Midane, dans le centre de Damas, vendredi 6 janvier,  a fait 26 morts et 63 blessés, en majorité des civils. « L’attentat a eu lieu dans un quartier populaire, près de l’école Hassan Al-Hakim, dans un lieu bondé. L’attentat terroriste visait les habitants. L’explosion a été puissante et les ambulances se dirigent vers le quartier » a précisé la télévision syrienne.

Le colonel Ryad el-Assaad, chef de la soi-disant « armée syrienne libre », avait déclaré mercredi que « ses forces planifiaient de commettre des attentats cette semaine contre des centres vitaux appartenant au régime du président Bachar al-Assad » ainsi, le président « sera obligé d’abdiquer par la force des armes » ! Dans une interview à la chaîne de télévision américaine CNN, depuis la Turquie où il est réfugié, le colonel a précisé : « Nous nous sommes préparés pour cette étape… Nous ne pouvons pas renverser Bachar al-Assad par des manifestations pacifiques, c’est pourquoi nous allons le forcer à quitter le pouvoir par les armes ». Il ajoute : « Nous allons poursuivre le combat jusqu’à la chute du régime, cette semaine, le monde entier assistera à de grandes opérations partout dans le pays contre tous les intérêts de l’armée, du régime et des sites vitaux ». Insatisfait de l’action des observateurs arabes, menaçant que si ces derniers « vont rester non sérieux dans les prochains jours, les attentats se multiplieront sous une nouvelle forme ».

Le ministère de l’Intérieur a appelé les citoyens à coopérer avec les parties concernées en les informant de toute situation suspecte et en leur communiquant les données relatives aux activités des terroristes qui cherchent à porter atteinte à la stabilité et à la sécurité du pays. Le parti Baas a affirmé que l’attentat était « un acte terroriste faisant partie du complot ourdi contre la Syrie et coïncidait avec les déclarations faites par des figures de l’opposition syrienne et par des responsables français et américains ».

Le Hezbollah a condamné cet attentat-suicide terroriste et a déclaré que : « l’attentat qui a visé des gens innocents, un jour saint, est un moyen d’expression de la part de ceux qui cherchent à internationaliser la question syrienne, déroutées par les tentatives gouvernementales de résoudre les problèmes du pays. C’est aussi la preuve qu’ils rejettent toute solution ou toute réforme qui pourrait sauver le peuple syrien. » Ces forces contrôlées par les Américains ont voulu punir la Syrie pour sa position inébranlable aux côtés de la Résistance contre l’ennemi sioniste.

Pour protester contre cet acte terroriste, des masses importantes ont afflué sur les places publiques dans de nombreuses régions et villes à travers le pays pour rejeter l’ingérence étrangère dans les affaires internes de la Syrie et pour soutenir le programme de réforme globale.

Parti Anti Sioniste

.
 

Juifs en Exil, que faites-vous sous la domination interdite des sionistes ?

Juifs en Exil, que faites-vous sous la domination interdite des sionistes ? juifs_et_arabes_ensembles_01-300x200

 

 

 

 

 

 

Juifs en Exil, que faites-vous sous la domination interdite des sionistes ?

Par Hadassah Borreman (Association « Yechouroun – Judaïsme contre Sionisme »).

Avec l’aide du Tout-Puissant,

Il y aurait beaucoup à dire et à redire sur ce qui se passe actuellement dans l’entité sioniste. Le fait que le sionisme s’est recouvert d’une couche de religiosité voire de « piété », rend plus difficile la compréhension de l’incompatibilité du Judaïsme avec son opposé, le sionisme, pour les personnes non averties ou connaissant peu de l’authentique Judaïsme d’un côté, et l’histoire du sionisme et du mouvement sioniste de l’autre. Je ne m’en tiendrai qu’à quelques points. Tout d’abord, je ne défends ni les uns, ceux qu’on appelle les ultra-orthodoxes, ni les autres, ceux qu’on appelle les laïcs. Il y a provocation des deux côtés. Les uns comme les autres sont sionistes et en transgression ; je m’expliquerai sous peu.

En tant que Juive de stricte observance, et donc forcément antisioniste en conformité avec la Thora et nos Sages qui ont toujours condamné l’hérésie, dont le sionisme en est la plus grande, je veux tout d’abord rappeler la situation du Peuple Juif sans laquelle toute réflexion et toute analyse sur ce qui se passe chez les Juifs est faussé.

Le Peuple Juif est en Exil, il est encore en Exil jusqu’à ce que le Messie vienne, annoncé auparavant par Elie le Prophète. Etre en Exil, ce ne sont pas que des mots, c’est une situation spirituelle qui a des implications pratiques jusqu’à nos jours, jusqu’à ce que D’, Lui-même, change le statut d’exilés des Juifs. Je répète, parce que c’est important : jusqu’à aujourd’hui, et ce depuis que le 2ème Temple fut détruit, les Juifs sont en Exil. Il y a eu plusieurs tentatives de sortir de l’Exil, notamment à travers des faux-Messies ou des mouvements d’hérétiques dont le sionisme. Nous espérons que le sionisme est la dernière épreuve que nous connaîtrons, que D’ait pitié de nous tous, pas seulement des Juifs, mais de toute l’humanité qui aspire, même inconsciemment, à la félicité du très-Haut.

Qu’est-ce que cela veut dire être en Exil ? Cela veut dire que vous n’êtes pas chez vous avec tout votre confort (matériel, moral…); vous êtes chassés de chez vous et vous errez dans le monde. C’est le cas du Peuple Juif encore aujourd’hui. De quoi les Juifs sont-ils chassés et pourquoi? Nous, Juifs (nous Juifs contemporains et nos ancêtres formons un) sommes chassés de Terre Sainte, la Palestine Historique Occupée, à cause de nos transgressions envers D’. Nous le récitons à diverses occasions de l’année dans nos prières. Or qu’est-ce que nous voyons se passer en Terre Sainte?

Maintenant, à partir de ce contexte rappelé plus haut, nous pouvons regarder et surtout voir et comprendre ce qui se passe.

Nous voyons qu’il y a des Juifs en Terre Sainte. Ce qui est normal. Oui, quand c’est un petit nombre de Tsadiqim (justes, saints) qui remplit les conditions pour y accomplir les commandements de la Thora à un haut niveau. Dans chaque génération, il y a toujours eu des Juifs en Terre Sainte, mais cette poignée de Juifs pieux n’a jamais réclamé quoi que ce soit des différentes autorités qui dominèrent la Palestine ; ils ont eu le soutien de leurs frères Juifs de la Dispersion. Aujourd’hui, ce sont des centaines de milliers de Juifs (beaucoup trop) qui se sont installés là-bas, et avec quelle autorisation ? Ils se disent tous y être pour la « bonne raison ». Non ! Ils pensent mieux y servir le Créateur, y embellir les Mitsvess (commandements). Non ! Ils sont en grande transgression, car faire une Mitsveh en transgressant en même temps des serments Divins est un blasphème !

Le mouvement sioniste, avec sa grosse propagande, a fortement contribué à ce que de nombreux Juifs s’installent dans l’entité sioniste fondée sur l’usurpation des terres appartenant aux Palestiniens natifs. Pourtant, les grands Maîtres du Judaïsme et Rabbis antisionistes, ont été clairs sur le sujet ; ils ont averti du danger du sionisme (même avant qu’il ait pris la forme matérielle d’une entité) et de l’interdiction de sortir de ses propres forces de l’Exil.

Qu’est ce qui a pris à de nombreux Juifs de se laisser ainsi séduire par cette hérésie ? Le sionisme, emballé de « piété » avec des rabbins à beau chapeau et belle barbe qui se sont laissés acheter pour de l’argent, de l’honneur et du pouvoir, est une dangereuse tentation pour le Juif qui ne reste pas en alerte contre toute sorte d’hérésie. Combien d’âmes Juives perdues les sionistes n’ont-ils pas sur leur conscience en les trompant et leur faisant renier leur Foi ? Aujourd’hui, ils s’attaquent aux Musulmans et à l’arabité de la Palestine. Même leurs propres gens, sionistes comme eux, sont fortement déçus et manifestent!

Les pionniers sionistes, étant des renégats, concevaient un Etat laïc, un « Etat comme les autres » (ce que D’ ne veut pas pour Son Peuple), avec armée, drapeau, gens de mauvaises mœurs…  Les régimes sionistes au fil des années ont dû prendre en considération la présence de Juifs orthodoxes, puis l’arrivée en masse de « religieux ». Les dirigeants sionistes actuels en ont fait un point positif pour déclarer au monde qu’ils sont une démocratie, la « meilleure du Moyen-Orient », et surtout pour éventuellement faire accepter l’idée d’un « Etat Juif ». Cependant, ils rendent la vie Juive authentique difficile à vivre aux Juifs pieux et surtout antisionistes, car ils se rendent indispensables à ces Juifs pour qui c’est interdit de jouir des avantages des sionistes (protection de l’armée et de la police, la monnaie sioniste, l’électricité, …)

Une autre notion, qui est spirituelle, est qu’avec l’Exil du Peuple Juif, la Présence Divine a également quitté la Terre Sainte, d’où les conflits grandissant dans la population et aussi avec les pays voisins. En plus, avec l’arrivée des sionistes emportant avec eux l’impureté occidentale, la Terre Sainte a été souillée. Les sionistes ont fait de la Terre Sainte un enfer à la place du « havre de paix » promis aux Juifs exténués des camps de la 2ème guerre mondiale et d’autres Juifs qu’ils ont entraînés après eux, et de la Palestine, ils en ont fait un enfer pour les Palestiniens natifs.

Nous devons aussi réaliser que la population sioniste est principalement non-religieuse. Ces personnes ont rejoint un mouvement politique, le nationalisme sioniste, non une Foi/religion, leur autorité n’est pas la Torah, d’où le rejet du nombre grandissant des « ultra-orthodoxes » qui se défendent et s’imposent. D’ailleurs le Juif, même s’il est établi en Terre Sainte, il est en Exil chez les sionistes, des gens de la pire espèce que le monde n’ait jamais connue!

Personnellement, si je ne peux pas vivre la vie Juive en Terre Sainte mieux qu’en Belgique, ou en France ou aux Etats-Unis, alors je dois partir de là-bas. C’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle je ne suis pas là-bas. Pourtant, je languis autant que les Juifs en Palestine de pouvoir servir le Créateur sur Sa Terre, mais j’accepte par amour et fidélité le Décret Divin de l’Exil, je me repens et me purifie pour mériter le retour des exilés. J’invite mes nombreux frères et sœurs à faire la même chose car ainsi, Justice sera rendue aux victimes musulmanes palestiniennes en leur rendant leurs propriétés, et l’accomplissement des promesses Divines sera hâté.


Concernant la distinction entre hommes et femmes,  je n’aime pas le mot négatif de « ségrégation ». La femme n’est pas moins ou plus que l’homme ; D’ les a créés complémentaires. Je pense que si chacun assume la part qui lui est destinée, il y a harmonie, et dans le couple, et dans la famille, et dans la société. La décence est un comportement naturel et normal pour le Juif, elle est en plus commandée par la Thora pour toutes les générations. Elle est la Sagesse Divine de notre Créateur qui connait parfaitement Ses créatures, ses potentialités comme ses faiblesses et ses mauvais penchants. Si cette Tsniuss (décence, réserve, discrétion), qui ne concerne pas seulement le vêtement, était appliquée autant par les hommes que par les femmes, elle nous éviterait beaucoup d’ennuis dans la société. Je sais que ce noble comportement est également respecté chez nos frères et sœurs musulmans vivant en accord avec le Coran, même si dans la forme elle est appliquée un peu différemment.

Bus : La femme Juive pieuse en accord avec la Thora ne cherche pas à se mélanger avec les hommes. En Dispersion, où nous vivons en loyauté avec nos concitoyens non-Juifs, nous n’avons pas de bus cachères, et il n’y a pas de problèmes. C’est vrai que la loi n’est pas la même quand un Juif/Juive se trouve dans un groupe ou une classe de non-Juifs, que quand il/elle est entre Juifs, car entre Juifs, nous devons appliquer les Lois de la Thora, mais nous ne pouvons pas les imposer aux autres, surtout pas chez eux. Si je suis chez des Musulmans, j’enlève mes chaussures si une rencontre se fait dans un lieu où est étalé un tapis de prière. Je trouve naturel de respecter cela.

Maintenant sachant tout ce qui précède, qui a raison ou tort dans ce qui arrive en Palestine Occupée ? Réfléchissons un tant soit peu.

Si j’estime que la Palestine est la Terre Sainte, alors tous ces impies, kofrim/koufar « religieux », « pieux », comme laïcs n’ont rien à y faire. Si je m’en tiens à la Thora qui m’interdit de me mettre en danger spirituel et corporel sous la domination des sionistes, alors tous ces Juifs doivent fuir ! Ces excités de Juifs ultra-orthodoxes sont une petite minorité dans l’entité sioniste ; ils sont en Exil, à moins qu’ils ne soient des sionistes à l’aspect extérieur de Juifs pieux.

S’appuyer sur les autorités sionistes pour leurs « droits » contre la population non religieuse ou des femmes moins religieuses, cela s’appelle de la collaboration sioniste. D’ailleurs, comment une Cour Suprême d’une entité laïque illégale pourrait juger un tel cas de « ségrégation » illégale ? Selon qui ? Et les « rabbins » sionistes ne sont pas des références ni des autorités pour le Peuple Juif.

Si ces « frumm » (pieux) ne peuvent pas vivre leur Judaïsme en Terre Sainte à cause des sionistes, ils doivent partir. En restant à Bess-Shemesh, ou Al-Quds, ou ailleurs, ils veulent montrer qu’ils sont « chez eux » et sont en « droit d’imposer la Thora »… C’est de l’insolence. Ils ne sont pas chez eux ; ils sont en Palestine sous domination sioniste, et cela est interdit selon la Thora. Leur comportement est un contre-témoignage Juif ! Ils sont notre honte !

Quant aux « fray », les incroyants, ils doivent savoir que la Palestine est la Terre Sainte, que ce n’est pas un pays comme un autre, même si les dirigeants sionistes ont réussi à y établir un « Etat comme un autre » dont le nom (volé aux Juifs) sonne « Juif », car appelé « Israël » en allusion à Yisroel, autre nom du patriarche Yaqov d’après qui les Juifs sont nommés, les « Bnei-Yisroel ». C’est une terre où le Juif qui remplit les conditions pour s’y établir, doit vivre en conformité avec la Loi Juive. C’est aussi une terre qui ne se laisse pas traitée politiquement seulement, car elle fonctionne sur des principes spirituels, c’est une terre dont D’ Saint et Juste en est le Maître, le Propriétaire, et al-Quds/Jérusalem est Sa Ville Sainte.

Nous, Juifs de Thora, nous ne voulons pas un Etat sioniste laïc, et encore moins un Etat sioniste « pieux » ! Même si toutes les nations du monde unanimement nous disaient qu’elles nous permettent d’avoir un Etat Juif, même géré par des vrais Rabbins antisionistes faisant appliquer la Halokhoh, nous devrions refuser, car nous sommes en Exil, et parce que D’ n’a pas encore envoyé le Prophète Elie annonçant le Messie !

Pendant des siècles, les Juifs vivant en Palestine ont vécu avec les Musulmans, côte à côte, pacifiquement, dans l’entraide mutuelle, il n’y avait pas tous ces conflits comme aujourd’hui, ni l’apartheid, les tombes n’ont pas été violées, il n’y avait pas de mur de la honte… C’étaient encore des vrais Juifs palestiniens non infectés par le sionisme, et c’étaient encore des Musulmans palestiniens non terrorisés par le sionisme. Ah ! Quand revivrons-nous ces bons vieux temps, et même des meilleurs ?

Hadassah Borreman
Association « Yechouroun – Judaïsme contre Sionisme »

.
 
12345...58

Navigation


Code Promo |
Le monde à l'envers |
lastucieux |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Petit Journal de Lattes
| robertini12
| Le Monde